Ukraine : dénoncer la désinformation

Depuis 69 jours, les armes de Poutine se livrent en Ukraine à une guerre d’invasion, de destructions et de pillages et (surtout) de massacres, viols et tortures de populations civiles. Depuis plusieurs jours, aux crimes de guerre – en cours d’instruction – s’ajoutent les informations recueillies sur les déportations de populations ukrainiennes (plus d’un million de personnes, dont 183 000 enfants selon les déclarations russes), et la création de camps de « filtration » par l’occupant russe.

Pendant ce temps, dans sa chronique du mardi 3 mai dans Le Figaro « Ukraine : arrêter la surenchère verbale », le journaliste Renaud Girard dénonce non pas l’agression russe, mais l’agressivité verbale des Etats-Unis. En tout et pour tout, le chroniqueur a trouvé UNE citation qui justifie à ses yeux un procès à charge : le secrétaire américain à la défense a en effet déclaré que le but des Etats-Unis est « d’affaiblir à tel point l’armée russe qu’elle ne soit plus capable de réattaquer l’un de ses voisins ». En contrepoint, Renaud Girard se plaît à citer Vladimir Poutine qui réclame depuis 2021 une « nouvelle architecture de sécurité européenne », demande que le chroniqueur juge toujours d’actualité depuis le 24 février 2022.

On l’aura compris, le sens de la mesure et de la responsabilité est à Moscou et l’indécence est à Washington, voire à Kiev ; pour M. Girard, les paroles sont essentielles, les actes ne comptent pas.

En témoignent trois autres assertions très contestables dans cet article :

1/ laffaiblissement de la Russie voulu par les Etats-Unis se fait « au prix de la destruction de l’Ukraine », sans en avoir prévenu la population : jusqu’à preuve du contraire, les Ukrainiens ont bien compris qui les agresse et veut les massacrer chaque jour davantage depuis plus de deux mois ;

2/ quand les propos américains « ont quelque chose dimmoral » en prétendant « vouloir obtenir la destruction dun adversaire stratégique grâce au sang des autres », les déclarations des responsables et médias officiels russes ne sont que « tonitruantes » ou « alambiquées » ; doux euphémismes quand il est question de « dénazification » de l’Ukraine (qui peut autoriser alors les pires exactions de la part de l’envahisseur russe), de « génocide » contre les Russophones (inexistant), de lancement de missiles nucléaires sur Paris, Berlin et Londres ; déclarations auxquelles nous pouvons ajouter depuis le 1er mai le « sang juif d’Hitler » selon Lavrov ;

3/ la cause que lOccident doit défendre dans cette guerre est celle du « cessez-le-feu », et « travailler, avec les Ukrainiens, à trouver une porte de sortie pour lagresseur », comme le répète à longueur de chroniques notre journaliste. Le lecteur du Figaro soucieux de rigueur intellectuelle pourra relire avec profit la formule prémonitoire de Bruno Tertrais le 1er mai : « Rappel mensuel à tous les amateurs d’architecture (de sécurité) : – rien n’indique aujourd’hui que Poutine soit à la recherche d’une ‘porte de sortie honorable’, – si c’était le cas, soyons sûrs que la Russie trouverait les moyens de nous le faire savoir, – ce ne serait pas forcément aux Occidentaux de la trouver (cette manie de penser que nous sommes responsables de tout…), – il n’est pas certain qu’elle devrait être honorable’ ».

Rémi Sappia

(3 mai 2022)

Photo : https://pixabay.com/fr/photos/ukraine-drapeaux-manifestation-gens-7055973/

10 Mai 2022

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s