Annonces : Conférences, articles, revues, livres, émissions de radio, films

Chaque mois, nous donnons ci-dessous des oeuvres, en général récemment publiés ou diffusées, jugées par notre équipe utiles (*), très utiles (**) ou indispensables (***) pour alimenter une réflexion critique sur le totalitarisme. Cela ne signifie pas nécessairement une approbation plus ou moins grande de leur contenu ou de leurs qualités littéraires.

Certaines de ces oeuvres peuvent donner lieu par ailleurs à un compte-rendu.

Histoire & Liberté

Avril 2021 :

Revue Esprit, « Aux couleurs de la Chine », n° 470, 208p, 20 €

L’appel de la tribu, Mario Vargas Llosa, Gallimard, 326p. 22 €

La Terreur rouge, théorie et pratique, de Jean-Gilles Malliarakis et Charles Culbert, éd. du Trident, Paris 2020, 231p, 20 euros (voir l’article d’H&L)

Le choc démographique, Bruno Tertrais, Odile Jacob 2020, 246 p., 22,90 €

L’Espagne rouge, scènes de la Guerre civile 1936-1937, de Ksawery Pruszynski, éd. Buchet-Chastel, préface et annotations de Brigitte Gautier, 492p. 27 euros (voir l’article d’H&L)

Le prophète et la pandémie, Gilles Kepel, Gallimard, 288p.,20 €

Mai 2021 :

*Jean-Marie Argelès, Longtemps (trop?), j’ai cru aux matins… éd. Clair et net, 2021, 240 p., 20 €

**Mathieu Bock-Côté, La Révolution racialiste – et autres virus idéologiques, Presses de la Cité 2021, 240 p., 20 €.

** Philippe Buton L’histoire du gauchisme, l’héritage de mai 68, Perrin 2021, 560 p. 26 €

* Roger Garside : China coup, University of California press 2021, 256 p. 23,95 $

*Andreï Kozovoi, Brejnev, l’anti-héros, Perrin 2021, 400 p. 24 €

**Bernard Lugan : Esclavage, l’histoire à l’endroit, éd. L’Afrique réelle 2020, 196 p. 25 €

** Kishore Mahbubani, Le jour où la Chine va gagner , éd. Saint-Simon, 2021, 315p. 23 €

*Alexandra Marinina. Celui qui sait, Le Seuil 2009. 750 pages. 29,90 euros.

*** Gérald Sfez, Léo Strauss, Les Belles Lettres, 2021, 328 p., 19 €.

** Raffaele Simone, Pris dans la toile, Gallimard 2012, 272 p., 18,90 €

** Pierre-André Taguieff, Liaisons dangereuses: islamo-nazisme, islamo-gauchisme, Hermann, 2021, 140 p., 14 €

*** Mario Vargas Llosa, L’appel de la tribu, Gallimard 2021, 336p. 24 €

Juin 2021 :

* Raffaele Simone, La grande migration et l’Europe , éd. Gallimard , coll. Le Débat, 287 p.,, 21 €

Raffaele Simone est, selon Le Figaro du 6 mai dernier, « une sorte de Régis Debray, tout aussi pessimiste, eurosceptique et bougon ».

** Anne Applebaum, Démocraties en déclin. Réflexions sur la tentation autoritaire

Grasset, 236 p., 20 €,

Recueil d’articles sur la montée de l’illibéralisme en Pologne, en Hongrie et aux Etats-Unis

*Jean-Pierre Legoff : La société malade éd. Stock, 280 p., 18,50 €

Comment la pandémie nous affecte…

*** Julian Barnes, Le fracas du temps, Le Mercure de France 2018, 208 p. 7,50 €

L’ouvrage pourrait s’intituler : Dans la tête de Dimitri Chostakovitch…

** Ludmila Oulitskaïa, Ce n’était que la peste, 2021, 144p., 14€

***Philosophie magazine, George Orwell, ça nous regarde, 130 p., 8,90 €

Numéro hors-série, avec des textes de Claude Lefort, Aldous Huxley, Simon Les, Bertrand Russell et bien sûr George Orwell

*Politique internationale n°121, printemps 2021, 304p. 18 €

Avec, notamment, des textes de Bruno Tertrais (Le triangle Paris-Athènes-Ankara, un jeu à somme nulle?) Laure Mandeville (Joe Biden entre deux volcans) et Marie Holzman (Xinjiang la question qui dérange)

**La revue des revues, n° 65, Printemps 2021, 168p., 15,50 €

Un dossier sur Olivier Corpet (1949-2020), passionné de revues. On y trouve une contribution de Charles Jacquier sur Paul Barton et quelques revues de la gauche antistalinienne (1948-1962)

Juillet 2021 :

Recommandation tardive mais enthousiaste

Le mardi 13 Juillet, à 20h 50, la chaîne Arte a diffusé une remarquable émission sur la Chine communiste : Le monde selon Xi Jinping, de Sophie Lepault et Romain Franklin. Ce film documentaire d’un peu plus d’une heure et demie est, bien qu’il date de près de trois ans, un des meilleurs, sinon le meilleur qu’il nous ait été donné de voir sur les dangereuses ambitions de la Chine, le style et la montée au pouvoir de Xi Jinping. Une interview d’Antoine Bondaz, rondement menée, et les réponses précises et argumentées du chercheur de la Fondation pour la Recherche stratégique, complètent l’apport du film, suivi cependant par un autre documentaire, plus court, sur Taïwan, cette « démocratie à l’ombre de la Chine ». Ce film original qu’il faut aussi recommander, s’attache notamment à suivre quelques figures d’avant-garde de l’intelligentsia du pays.

Voir le replay de ces films est aisé. Aisé mais aussi indispensable pour quiconque réfléchit aux menaces totalitaires qui pèsent sur les démocraties libérales.

Août 2021 :

**1Politique Internationale, dans son numéro d’été, consacre trois articles très intéressants à la RP de Chine, l’un expliquant comment la Corée du Sud, l’Australie et Taïwan, plus proches de la Chine que nous et ayant beaucoup plus d’intérêts économiques y liés que l’UE, sont pourtant plus fermes que l’UE à son encontre et réorientent leurs économies notamment vers l’ASEAN.

Plus globalement, la diminution des investissements vers la Chine, et particulièrement vers Hong-Kong est aussi remarquable. Xi n’en a sans doute guère cure, le point central pour lui étant l’amélioration du contrôle des comportements, des expressions et des esprits, à l’intérieur du Royaume des ténèbres mais pas seulement.

Vers un point de rupture ?

*2 -Article dans Le Point, malheureusement réservé aux abonnés mais accès libre à des propos du journaliste François-Guillaume Lorrain : « Afghanistan, le cimetière des empires ».

*3 –Le Point du jeudi 22 juillet a fait sa une sur le retour des talibans et consacre 16 pages à la situation en Afghanistan.

**4- Dans Esprit de juillet 21 : » Cuba, l’île en Mille morceaux Romy Sanchez Sanchez sur Cuba » :

**5- La Croix, jeudi 29 juillet : « La Chine se cherche des assurances dans le dossier afghan »

**6- Sergueï Medvedev : Les quatre guerres de Poutine, traduit et annoté par Galia Ackerman. Buchet-Chastel 2020,398p. , 24 euros.

Sergueï Medvedev est historien spécialiste de la période post-soviétique et cible 4 combats de Poutine : pour l’espace (vital), pour les symboles, pour la sphère de la vie privée et pour la métamorphose du passé.

L’auteur nous offre un panorama jubilatoire et inquiétant, savoureux et répugnant, de la pathologie collective dont est victime la Russie poutinienne, notamment quant à sa (ré)vision de l’Histoire et la place « légitime » de la Russie dans le monde contemporain.

A l’instar de la Chine actuelle, la réécriture de l’histoire y est conçue comme la stratégie clef en vue de gagner << la guerre pour la mémoire>>. 

Y compris à l’étranger.

Outre l’occultation des pans les plus effroyables de l’histoire soviétique, la nouvelle magnification de la période stalinienne, le muselage ou l’emprisonnement de maints historiens et chercheurs honnêtes, la peur comme incitation à l’autocensure, il lance les actions désinformatives et les analogies historiques les plus hardies au point que, vues de l’extérieur, certaines peuvent prêter à rire. P. ex. L’absurde fascisation de l’Ukraine, avalée toute crue par une grande majorité de Russes ; une pétition exigeant la restitution de l’Alaska à la Russie par des activistes russes (qui n’a pas recueilli les 100 000 signatures nécessaires pour être examinée par le gouvernement américain) ; ou, pour répondre aux critiques américaines de l’annexion de la Crimée, le rappel par Poutine de l’annexion du Texas par les USA en 1845 !

La désinformation quotidienne répétitive réveille ou instille, nourrit et amplifie, un mode de pensée victimaire et binaire qui conduit à une polarisation mentale de tous les instants : une Russie mythifiée, seule face aux machinations des forces mondiales obscures menées par le grand Satan, les USA. Menace américaine cependant fortement atténuée, voire transformée en soutien temporaire, quand Trump, à la botte de Poutine, et ayant bénéficié de la très efficace ingérence russe, fut élu Président.

Ecrit avec un humour noir et une autodérision typiquement russes.

A déguster avec délice même si on ne partage pas certaines analyses de l’auteur.

Pierre Druez

***7-DansCauseur , 16 juin 2021, Michèle Tribalat revient sur le ravages du mouvement « woke » dans les écoles américaines en présentant les travaux de Keri Ingraham dont trois de ses textes viennent d’être publiés par The American Spectator auquel notre ami Roger Kaplan apporte sa contribution régulièrement Le diagnostic est sans appel : « Cette radicalisation (…) met en péril l’éducation des enfants et, au-delà, la fabrique de la nation américaine ».

*8-Dans leFinancial Times du 11 août, deux articles sur la Chine, l’un sur les doutes quant à l’efficacité du vaccin chinois alimentés par le développement actuel des cas de Covid dans la version Delta; l’autre sur le « désastre » que représenterait un projet chinois de barrage au Cambodge.

***9-LeFinancial Times du14 août indique que trois livres récents examinent la diplomatie chinoise, la stratégie qu’elle défend et les réponses que peut apporter l’Occident :

de Peter Martin : Army: The Making of Wolf Warrior Diplomacy ,OUP ed. $27.95/£21.99, 272 page

– de Rush Doshi : The Long Game: Chinas Grand Strategy to Displace American Order, OUP ed., £21.99, 336 pageVijay Gokhale : The Long Game, How the Chinese Negotiate with India Penguin ed. £26.99, 200 pages

***10-dans Le Figaro du 13 août 2021 : une tribune d’Eric Roussel qui rappelle la grande leçon de Kissinger : éviter à tout prix un rapprochement Moscou-Pékin. Il faut lire, dit-il, le récent ouvrage de Jérémie Gallon, Henry Kissinger, l’Européen (Gallimard, 248 pages, 19 euros)

Septembre 2021

***1-Le numéro 9 de Desk Russie vient de paraître. Un numéro très riche où l’on trouve notamment deux articles décrivant les pressions du pouvoir russe sur le processus électoral qui vient de se dérouler, des extraits du journal de prison de Navalny; une évocation par Cécile Vaissié du procès à l’issue duquel Maria Aliokhina, une des Pussy Riot, vient d’être condamnée à un an de « privations de liberté »; un écho de la presse proche du pouvoir qui s’enthousiasme pour Eric Zemmour et se déchaine contre Emmanuel Macron.

***2- Parution le mois dernier du livre de Jean-Pierre Cabestan : Demain la Chine : guerre ou paix? aux éditions Gallimard. 280 p. 22 €

***3 Emmanuel Véron et Emmanuel : Lincot La Chine face au monde : une puissance résistible, Capit Muscas Editions,144p., 10 euros

***4 Pierre-Antoine Donnet : Chine, Le Grand Prédateur, un défi pour la planète, paru le 19 août dernier, éditions de l’Aube, 336 p., 24 € (v.commentaires de Pierre Druez).

**5 Robert Redeker : Il faut tenter de vivre éd. du Seuil 2007, 144 p. 12,20 €

**6 Helen Pluckrose et James Lindsay : Le triomphe des impostures intellectuelles, éd. H&O 2021, 448p. 23 €. Exposé d’ensemble des thèses du wokisme

*7-Leonardo Padura La transparence du temps, éd. Métailié 2019, 432 p., 23 euros.

Un roman ravageur sur le socialisme cubain…

8** Jean-Sylvestre Montgrenier : Le monde vu de Moscou , Géopolitique de la Russie et de l’Eurasie postsoviétique, PUF 2020, 656 pages. 29,50 euros.

Livre écrit « en hommage à Alain Besançon ».

**9 Gabriel Martinez Gros : fascination du djihad. PUF, 2016, 108p., 12 €

La réflexion d’un spécialiste de l’Islam médiéval qui a beaucoup travaillé sur d’Ibn Khaldoun

10 Paul Charon et Jeangène Vilmer : Les opérations d’influences chinoises, septembre 2021, fichier pdf 646 p., accessible gratuitement en ligne

Octobre 2021

THIERRY WOLTON, MARGUERITE LENA ET GEORGES NIVAT(ZOOM) INTERVIENDRONT A L’OCCASION DE LA CLOTURE DE L’EXPOSITION « DERNIERS REGARDS, LE COMMUNISME PAR BALLES » 25 PORTRAITS PEINTS PAR MADELEINE MELOT, LUNDI 25 OCTOBRE 2021 A PARTIR DE 18.30 HEURES AU CENTRE CULTUREL SOLJENITSYNE, 11, RUE DE LA MONTAGNE SAINTE-GENEVIEVE, 75005 PARIS.

NOMBRE DE PLACES LIMITE – S’INSCRIRE PAR MAIL : exposition.derniers.regards@orange.fr

Octobre/ Novembre 2021

A lire

1 **Olivier Truc : L’imposteur, Points Poche, 261p. , 6,90 €

Ce livre est ancien (il a été publié pour la première fois il y a quinze ans) mais il vaut le détour. Il relate une enquête par un journaliste basé à Stockholm sur un « faux Français du goulag » en Estonie, en Lituanie, en Pologne. Elle nous fait revivre le monde concentrationnaire soviétique et la misère qu’en tendrait et entretenait le régime.

2 ** Emmanuel Berl, Prise de sang, présentation et biochronologie de Bernard Morlino, postface de Bernard de Fallois, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Le goût des idées », 2020, 250 pages, 13,90 .

Combattant en 1914, munichois en 1938, comparse de Pierre Drieu la Rochelle avant 1939, apparenté à Marcel Proust et à Henri Bergson, Emmanuel Berl est l’une des figures emblématiques de la vie intellectuelle et littéraire de la France au début du XXe siècle. Sa trajectoire sinueuse, des radicaux et du Front populaire à la réécriture de deux discours de Philippe Pétain, reflète les crispations de l’époque. Essai au style enlevé, Prise de sang est l’examen de conscience d’un juif diasporique, pacifiste non repenti, qui tente de comprendre la réticence des Français devant la guerre et le progrès industriel, qui débouche sur l’écroulement face à l’Allemagne et sur l’Occupation. Dans ce livre, Berl rabroue Mauriac et Kessel pour leurs dérives antisémites, pardonne à Drieu son ralliement à Vichy, parcourt l’histoire diplomatique de l’Europe. Français avant d’être juif, il se sent trahi par cette France qu’il chérit tant et qui, sous le joug du Maréchal, l’a expulsé de la communauté nationale au motif qu’il était juif. Il déplore la tolérance de son pays vis-à-vis de l’antisémitisme, mais n’en réaffirme pas moins sa flamme à la France. Patriote plutôt que nationaliste, Berl se convertit au sionisme en 1946, à cinquante-quatre ans.

Philippe Boulanger

3* Ariane Chemin. Marie-France Etchegoin, Raoult, une folie française, Gallimard, 248p. 18€

Fantasmes, jugements à l’emporte-pièce et péripéties médiatiques d’un médecin qui rêvait de gloire et fut adulé par les ennemis du « Système »

4** Didier Lemaire : Lettres dun hussard de la République, Avant qu’il ne soit trop tard, Robert Laffont, 240p. 18,50 €

L’auteur est ce professeur de philosophie de Trappes qui, pour avoir mis en cause l’emprise de l’islam sur la ville, a été violemment critiqué par le maire et menacé de mort par des islamistes. Dansson livre, il raconte comment la violence communautariste s’est abattue sur lui.

5 ***A lire encore, dans le n° 489 de novembre 2021 de la revue mensuelle L’Histoire, le cri d’alarme de l’historien Nicolas Werth, président de Mémorial France, au sujet des crimes contre l’histoire perpétrés par le pouvoir poutinien et dont fait état un rapport accablant de la FIDH (la Fédération Internationale des Droits de l’Homme).

En voici le dernier paragraphe :

« Au côté de la Commission pour l’histoire, directement rattachée au président Poutine et chargée, selon ses statuts, de « lutter contre les tentatives de falsification de l’histoire portant atteinte aux intérêts de la Russie », la Société russe d’histoire militaire mène l’offensive contre les déviations du récit officiel.Il y a quelques mois, elle a créé la sensation en niant toute responsabilité de l’URSS dans le massacre de l’élite polonaise à Katyn en avril 1940, que le président russe Boris Eltsine avait officiellement reconnue au début des années 1990. L’un de ses représentants a déclaré : ”Le prétendu consensus historique autour de Katyn fait partie d’une campagne de propagande plus générale visant à faire porter à l’URSS la responsabilité du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale.” Quelle formidable régression ! Décidément, comme le démontre implacablement le rapport de la FIDH, l’heure est grave en Russie, où les crimes contre l’histoire se multiplient et s’amplifient ».

6 **A voir : l’intervention de Georges Bensoussan dans Points de Vue (Figaro live) sur son dernier livre, Un exil français, dont Florence Grandsenne a rendu compte sur notre blog : https://video.lefigaro.fr/figaro/video/recomposition-politique-recit-de-laffaire-bensoussan-lactualite-decryptee-dans-points-de-vues/

A écouter : 7 *** La revue en ligne DESK RUSSIE vous invite le 25 novembre à 20h30. au Théâtre du Nord-Ouest, 13 rue du Faubourg-Montmartre, 75009 Paris. à une conférence débat:

Focus sur lHolodomor : les réalités du génocide ukrainien, les autres famines perpétrées par les régimes communistes, le discours russe contemporain sur les crimes contre l’humanité staliniens.

Avec Cécile Vaissié, historienne, spécialiste de la Russie, Iryna Dmytrychyn, spécialiste de l’Ukraine, Stéphane Courtois, expert du monde communiste

(Modératrice : Galia Ackerman)

Prière d’arriver à l’avance, si possible.

Inscription: https://forms.gle/RmqPBZzenoKTK3MA6

8 **L’association France-Afghanistan organise une Conférence-débat avec notamment l’un des meilleurs spécialistes sur l’Afghanistan, Gilles Dorronsoro, à la salle des fêtes de la Mairie du Xe arrondissement de Paris, 72 rue du Faubourg Saint-Martin (Métro Château d’eau), lundi 15 novembre, de 18h à 20h.

9** L’Occupation, vous dis-je !

A lire absolument dans la revue trimestrielle Commentaire les Chroniques percutantes et pleine d’esprit d’André Perrin. Un seul exemple, paru récemment :

Le 12 mai 2021, lun des deux invités de la matinale de France Culture, consacrée au conflit israélo-palestinien, est un certain Thomas Vescovi qui est présenté comme « historien » .

Comme il est question des élections qui nont pas eu lieu depuis 2006, qui étaient programmées pour le 22 mai prochain et que Mahmoud Abbas vient de reporter sine die, M. Vescovi déclare : « Je ne crois pas à la possibilité d’élections démocratiques dans une situation doccupation et de colonisation ».

Tout sexplique ! Loccupation, vous dis-je ! Sans elle, il y aurait en Palestine des élections libres et une alternance démocratique comme en Arabie Saoudite, comme au Yemen, comme au Quatar, comme en Syrie, comme en Algérie, comme en Égypte, comme dans les Émirats Arabes Unis et comme dans tous les autres pays arabes et musulmans, passablement nombreux, qui ne sont ni occupés, ni colonisés par Israël.

10. Vous avez dit « woke »?

A la Fondation pour l’innovation politique (<fondapol.org>), est parue une très intéressante étude sur L’idéologie woke en deux parties : Première partie : « L’anatomie du wokisme », seconde partie : « Face au wokisme ».