Brèves de blog (8)

1- 100 dollars pour prouver sa loyauté ?

Les travailleurs nord-coréens en Russie (ils sont quelques milliers) se voient retenir sur leur salaire l’équivalent de 100 dollars en plus des importantes ponctions gouvernementales habituelles, destinés au « fonds de loyauté » pour aider à couvrir les dépenses de constructions nouvelles entreprises à Pyongyang

2- Carl Gershman

Carl Gershman, qui dirigeait avec beaucoup d’intelligence et de souplesse la National Endowment for Democracy (NED), une institution d ‘aide à la défense des droits de l’homme partout dans le monde, a pris sa retraite. Créée en 1983 à l’initiative du Président Reagan, la NED soutenait la liberté d’entreprise, le syndicalisme libre. Elle aidait des centaines d’ONG dédiées à la défense de la démocratie et des droits de l’homme à travers le monde et favorisait leur réflexion via des colloques, des revues, en s’inspirant des fondations (stiftungen) instituées par les grands partis allemands au sortir de la deuxième guerre mondiale. La NED fut active en Grande-Bretagne, en Australie, à Taïwan, dans l’Union européenne, en Corée du sud.

Une des motivations de la NED était d’éviter le discrédit attaché aux aides secrètes américains comme on avait pu le constater avec l’aide apportée au Congrès pour la liberté de la culture. Alimentée surtout par des fonds privés, la NED défendait la démocratie y compris contre des alliés du gouvernement américain, certes utiles, mais défaillants quant au respect des droits de l’homme..

Gershman avait été visé par des sanctions chinoises pour son soutien au mouvement ouïgour ou aux jeunes manifestants de Hong-Kong.

Il sera remplacé par Damon Wilson dont la tâche sera lourde. Les ennemis de la démocratie sont divers, puissants et ne vivent pas tous en dehors des Etats démocratiques!

3 Acheter chinois ?

Le 31 juillet 2021, la Sûreté de l’État belge a mis en garde les utilisateurs de téléphones de marques chinoises contre les risques d’espionnage. Il existe, souligne-t-elle, une « interaction systématique et profonde entre ces entreprises et le gouvernement chinois (…),Par exemple, la loi chinoise sur le renseignement national oblige toutes les sociétés chinoises à collaborer avec les services de renseignement. »

« En plus de la confusion entre ces entreprises et les autorités chinoises, d’autres pays (notamment les Pays-Bas et les États-Unis) ont déjà exprimé leurs inquiétudes par rapport aux entreprises de télécoms chinoises et aux risques en matière de respect de la vie privée et de sécurité nationale. » rapporte La Libre Belgique.

OnePlus et Xiaomi n’ont pas réagi. Le porte-parole belge d’Oppo a quant à lui déclaré que l’entreprise est active dans plus de 40 pays et régions du monde entier et entretient des relations positives avec les gouvernements et instances dirigeantes des pays dans lesquels elle est présente. « Nous travaillons en conformité avec toutes les lois et règlementations locales », a-t-il assuré.

4 Une bonne surprise au Vénézuela ?

Faut-il qualifier, comme le fait la revue Conflits Orbis géopolitique du 20 juillet 2021, de « bonne surprise », un certain nombre de mesures économiques nouvelles, et y voir « la fin du socialisme » au Venezuela? Nicola Maduro a opéré un grand virage économique, il est vrai, en ouvrant les frontières et en baissant les taxes. « Les monnaies étrangères sont de nouveau acceptées, notamment le dollar et l’euro. 60% des échanges se font désormais en dollar, et même parfois en euro, écrit la revue Conflits. Les banques suivent le mouvement en permettant les paiements en devises étrangères et en acceptant les dépôts sur les comptes. Les résultats de cette libéralisation sont visibles : les produits de base se trouvent de nouveau en magasin. Les pénuries sont finies, les Vénézuéliens peuvent, au moins dans les villes, acheter de la nourriture, du sucre, des produits hygiéniques, toute chose qui faisaient jusqu’alors défaut. Les magasins d’État ont été privatisés, ce qui met un terme aux longues files d’attente. L’économie du pays est en train de se redresser, même s’il reste encore beaucoup à faire. Près de 5 millions de Vénézuéliens sont partis, sans être certains de pouvoir revenir dans leur pays». Et surtout, on attend encore le signe d’une ouverture politique.

5- Corée du Nord : une mauvaise passe

La Corée du Nord connaît une très mauvaise passe en matière d’alimentation. Les fréquentes vagues de chaleur et la faiblesse du système d’irrigation, les inondations, les sanctions onusiennes suite aux essais nucléaires et la lutte draconienne menée contre la covid 19 n’en sont pas responsables, mais elles vont dans le sens de cette énième démonstration de l’inefficacité des agricultures de type soviétique.

On est loin de la famine des années 1990. Mais Kim Jong-en a publiquement admis ces difficultés – façon de reconnaître la gravité des faits mais aussi de susciter l’accroissement de l’aide internationale.

La mobilisation annoncée de la population suffira-t-elle à faire face à la situation?

Le journal du Parti, le Rodong Shinmun, écrivait le 21 juillet : « Avec une volonté persévérante, nous menons la bataille pour empêcher les dommages dus aux hautes températures ».

6- Les brillants alliés des communistes cubains

Le 2 août, la Corée du Nord a dénoncé les Etats-Unis pour son ingérence dans la vie publique cubaine en suscitant des manifestations et des troubles dans l’île.. Le communiqué nord-coréen accuse les Etats-Unis de procéder à des manipulations dans les coulisses et de chercher un prétexte à de nouvelles sanctions, faisant allusion aux décisions américaines intervenues à la suite de la répression des manifestations.

Cela n’est pas moins que la quatrième fois, depuis la mi-juillet, que la Corée du Nord dénonçait les Etats-Unis pour provocation à l’instabilité à Cuba.

7- Autodafés chinois

Chine : autodafés à Kumming, dans le Yunnan, organisés par le Ministère de la Sécurité publique. Manière d’éduquer les masses dans le cadre du centième anniversaire du Parti communiste chinois.

200 personnes auraient été invitées à participer à cette cérémonie pilote – policiers, lycéens et « représentants des masses » – qui va montrer la voie à d’autres opérations du même genre. Une vidéo a d’ailleurs été prise et elle sera largement diffusée. Même la répression – en l’occurrence contre la secte Falungong – doit être bien encadrée!

8- Un « laboratoire républicain »

Un « laboratoire républicain», regroupant élus, intellectuels et chefs d’entreprise, sera semble-t-il lancé à la rentrée par le Ministère de l’Education nationale. Une cinquantaine de parlementaires planchent sur le projet mais aussi Caroline Fourest, Jacques Julliard, Richard Malka, Dominique Schnapper, Manuel Valls, Francis Chouat et quelques autres – pas nécessairement rattachés à la majorité LREM. Contre le « wokisme » comme contre l’islamisme politique ou l’expansionnisme de la Chine, Jean-Michel Blanquer cherche à forger les outils d’une réflexion solide.

9- Décès de Serge Kovalev

Dissident de la première heure. Sergueï Kovalev est mort le 9 août à l’âge de 91 ans. Ce biologiste de formation faisait circuler dès 1968 dans les milieux scientifiques des pétitions de soutien aux écrivains Siniavski et Daniel, jugés pour propagande antisoviétique». 

En 1969, il fit partie des fondateurs du « Groupe d’initiative pour la défense des droits de l’homme en URSS », la toute première ONG indépendante de défense des droits de l’homme en Russie soviétique..

En 1974, Kovalev fut condamné à sept ans de camp en Sibérie et à trois ans de plus en exil.

Lors des premières élections libres en URSS, en 1990, il fut élu au Congrès des députés du peuple de Russie où il fit adopter une loi de réhabilitation des victimes de la répression politique.

Après la dissolution de l’URSS, il joua un rôle important dans la création de la Fédération de Russie, participant à la rédaction de sa Constitution. Député à la Douma, de 1993 à 2003, il devint le premier Défenseur des droits de la Fédération de Russie en 1993.

En 1994, il s’engagea contre l’intervention russe en Tchétchénie et finit par démissionner de son poste de Défenseur des droits pour protester contre la poursuite de la politique russe en Tchétchénie.

En 2000, il appela à voter contre Vladimir Poutine, qu’il jugeait «déterminé à construire un régime policier autoritaire ». Kovalev est alors peu à peu marginalisé et jugé « antirusse ». Sa critique de l’annexion de la Crimée et de l’agression contre l’Ukraine restera sans grands effets.

10 L’arsenal nucléaire chinois au-delà de la simple dissuasion?

La Chine semble avoir construit récemment en Mongolie intérieure un silo de lancement de missiles nucléaires. Une trentaine d’autres seraient en construction, ce qui laisse présager la recherche d’une parité avec les stocks de lanceurs russes et américains. Des experts américains n’hésitent pas à présenter ces travaux comme le signe d’une « rupture stratégique » de la part des militaires chinois qui abandonneraient ainsi la stratégie de la simple dissuasion fondée sur la menace d’une riposte à une frappe nucléaire.

   

16 Août 2021

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s